SOS TOITURE ... POUR TOUTES URGENCES !

En cas d'urgence, n'hésitez pas et contactez nous, nous saurons faire face et vous conseiller sur les marches à suivre pour tous les dégâts de toiture :

Grêle  -  gel  -  neige  -  vermine  -  foudre  -  mousse  -  incendie  -  fouines  - dégradations  ...

Numéro en cas d'urgence !  021 646 01 58

LES FOUINES

En Suisse, les mustélidés (Mustelidae) sont représentés par six espèces: la fouine, la martre, le blaireau, le putois, la belette et l’hermine.
La fouine (Martes foina), mammifère de 45 cm (corps) et 25 cm (queue), pesant jusqu’à 2 kg, se sent à l’aise à proximité de l’être humain. C’est elle que l’on rencontre fréquemment dans les zones habitées. Omnivore, elle y trouve tout ce qu’il lui faut pour survivre. Les déchets de nos repas sont des sources de nourriture facilement accessibles. Elle chasse des souris, des rats, des écureuils, des moineaux et des pigeons, leurs oeufs, ainsi que des fruits tombés au sol. Les fruits peuvent correspondre à 80% de leur alimentation, en automne.

La fouine, visite volontiers les fermes, mais aussi les villas ou les résidences secondaires. Elle s’installe alors dans les granges ou les greniers, faisant son nid dans le foin, la paille ou au besoin dans l’isolation (laine de verre ou minérale). Elle met bas, vers fin avril, une portée de 2 à 5 petits. Habituellement, on ne la voit pas facilement. Elle se risque dehors seulement de nuit, parfois après avoir mené grand tapage durant des heures dans «son» grenier. Cette situation devient rapidement insupportable pour l’homme qui souhaite se reposer. La fouine revient généralement au logis vers 5 ou 6 heures du matin et dormira toute la journée. On craint surtout le bruit et les salissures dues aux excréments et aux restes de ses repas. Habitant sous des combles, elle est susceptible de provoquer d’importants dégâts dans les matériaux isolants. Lorsque ses excréments sont déposés régulièrement au même endroit, les salissures peuvent parfois transpercer le plafond.
La fouine grimpe très bien et peut atteindre le toit par le crépi des parois, les descentes de chéneaux et les branches surplombantes. Pour savoir par où elle entre, il suffit parfois de suivre ses traces. Les empreintes de ses pattes souillées sur un mur ou les griffures sur l’écorce des arbres indiquent la route qu’elle suit. Le b.a.-ba de la prévention contre la fouine consiste donc à l’empêcher de monter sur le toit et/ou de pénétrer dans la maison. Dans la plupart des cas, il suffit de l’empêcher de monter sur le toit. Il faut parfois envisager de doter les avant- toits, les descentes de chéneaux et les troncs d’arbres proches de manchettes infranchissables. L’élagage des arbres trop proches du bâtiment ou les plantes grimpantes est aussi nécessaire. Lorsqu’il n’est pas possible de l’empêcher de monter sur le toit, il faut assainir la toiture. Les «portes d’entrées» préférées de la fouine sont les tuiles lâches ou cassées, les planches de rive défectueuses et les zones de connexion entre les lucarnes et la toiture. Il est nécessaire d’obturer toutes les ouvertures de plus de 5 cm, ce qui peut parfois représenter un travail considérable. Lorsque le grenier est déjà occupé, la fouine doit en être chassée avant d’entreprendre des mesures d’assainissement du bâtiment. Attention! Il faudra renoncer à assainir le bâtiment pendant l’élevage des jeunes, entre avril et août, afin que les jeunes ne soient pas abandonnés par les parents et pour éviter le risque qu’ils soient murés vivants dans la maison!
image-8015515-fouine_toit.jpg
Abattre une fouine n’est pas une solution durable! Cela ne garantit pas que l’on élimine le «bon» individu et le territoire resté libre est généralement occupé par un nouvel individu, qui trouvera également les accès faciles, grâces aux marques odorantes laissés par son prédécesseur!
La loi fédérale interdit la chasse de la fouine entre le 16 février et le 31 août. Dans le canton de Vaud, la fouine est protégée du 15 février au 30 septembre. Elle est surtout protégée par le fait que la chasse est interdite à moins de 200 mètres des habitations.
D’autres systèmes de lutte peuvent s’avérer nécessaires.
Des systèmes de gêne acoustique, des flashes lumineux, des barrières odorantes ou électrifiées doivent parfois être combinées pour la dissuader de venir sous un toit. Fondamentalement, il est opportun de considérer la «prévention avant la défense»: il vaut mieux donner la priorité à des  mesures durables telles que l’assainissement de la toiture qu’à des méthodes provisoires basées sur l’intimidation ou la dissuasion!

Mousses, lichens, algues :

Ces végétaux qui envahissent votre toiture !

Qu’elles s’appellent mousses, lichens ou encore algues, ces plantes poussent à vitesse grand V sur nos tuiles et nous empoisonnent la vie. Pourquoi aiment-t-elles tant notre toiture ? Représentent-elles une menace pour notre habitat ? Et surtout comment dire stop efficacement à cette infestation  ?
Que font ces végétaux sur vos tuiles ?
On a coutume de dire que lorsque l’on est perdu en forêt, il faut observer de quel côté des arbres se trouve la mousse pour savoir où est le Nord. En effet, la mousse aime l’humidité, elle pousse donc aux endroits les moins ensoleillés. Voilà pourquoi si vous habitez dans une région plutôt nuageuse ou que votre toit est ombragé par un arbre, votre toit va petit à petit être recouvert de mousse.

Quels sont les dangers ?
A terme, l’infestation de ces plantes peut entrainer de graves dégâts sur les tuiles. Mousses, lichens et algues retiennent l’eau et rendent vos tuiles poreuses. Celles-ci se retrouvent alors gorgées d’eau et, lorsque arrive le gel, se craquellent. Ce phénomène prend plusieurs années avant de causer de réels dégâts donc il vaut mieux prévenir que guérir.
Comment s’en débarrasser ?
On voit circuler sur internet toutes sortes d’astuces pour se débarrasser de la mousse sur toit. Certains conseillent un traitement à la javel suivis d’un nettoyage au jet à haute pression. Ne suivez surtout aucun de ces conseils ! Quoi qu’il arrive, bannissez de votre esprit l’idée d’utiliser un jet haute pression ou de la javel pour vous débarrasser des végétaux parasites. Tous deux pourraient enlever le calcin de vos tuiles et ainsi leur faire perdre leur étanchéité.

Si vous n’avez pas peur du vide et beaucoup de patience, vous pouvez retirer les mousses en les grattant avec une truelle et un couteau. Mais malheureusement cela pose le problème de la repousse rapide de ce type de végétaux.

Bref, si l’idée de jouer les désherbeurs acrobates ne vous emballe pas vraiment, tournez-vous vers des professionnels qui utiliseront  des produits nettoyants anti-mousses avec effet « prévention de repousse », car ceux-ci sont plus rentables (actifs de 2 à 5 ans selon les produits et les conditions météo).

Ces produits seront non-corrosifs et biodégradables, car nettoyer son toit ne doit pas vouloir dire contaminer son jardin et les nappes phréatiques!
image-8015689-visuelmousses__068965100_0912_25042014.jpg

Dégâts suite à une tempête

Si les éléments se déchaînent et que votre maison subit leurs assauts, lorsque tout se redevient calme, il n'est pas rare de constater que la toiture a subi des dégâts, parfois importants. Quelques tuiles arrachées cela n'est peut-être pas grand-chose visuellement mais cela peut entraîner de gros dégâts sur le reste de la couverture, comme des problèmes d'étanchéité de charpente.
L'isolant peut subir des avaries, vous pouvez vous retrouver avec des moisissures, et surtout une facture de chauffage qui s'envole pour cause de mauvaise étanchéité de la toiture.  Un gros coup de vent, une bourrasque, aussi courts et rapides puissent-ils être, peuvent être à l'origine de dégâts importants.

Que faut-il faire en cas de tempête et de dégâts sur la toiture ou la couverture ?

Quelles sont les bons gestes pour parer aux premiers dégâts de toiture ?

  • Première chose à faire, contacter le propriétaire si vous êtes locataire.
  • Contacter votre assurance si vous êtes propriétaire.
  • Prenez en photo tous les éléments touchés
  • Faites appel à un professionnel pour bâcher le morceau de toit endommagé, afin de mettre hors d'eau l'habitation. Il serait dommage que de l'eau pénètre à l'intérieur. Car dans ce cas, les dégâts sur l’isolation qui peut se gorger d’eau ou la structure seront beaucoup plus important !
image-8015836-img_protection_toit_vent.png