Les fouines

Les fouines

Par admin|8 mai 2018|Dégâts naturels, Information|

Les Fouines

Dégâts naturels

Dommages causés par les fouines dans la maison

 

Qui dit fouine dit câbles automobiles rongés. Cependant, les fouines apprécient également nos greniers, comme repaires, et peuvent y faire bien des dégâts.

Etes-vous assuré ?

Les fouines sont des animaux nocturnes qui se sont habitués à la présence de l’homme. Dès que la nuit tombe, elles s’aventurent dans les quartiers et les lotissements.

Une prédilection pour l’isolation

Les fouines sont habiles et rusées. Un passage de la taille d’un œuf de poule leur suffit pour se faufiler sous la toiture et atteindre le grenier, où elles grignotent l’isolation. Comme celle-ci est généralement invisible, car cachée derrière des parois en bois, on ne peut guère se rendre compte des dégâts, lesquels nécessitent souvent de refaire toute l’isolation à grands frais. Dans certains cantons, l’assurance bâtiment couvre les sommes engagées. Dans les autres, il faut une assurance privée. En cas de dégâts vérifié si vous avez choisi l’option dommages causés aux bâtiments par des rongeurs et fouines dans votre assurance ménage et bâtiment.

La fouines

En Suisse, les mustélidés (Mustelidae) sont représentés par six espèces: la fouine, la martre, le blaireau, le putois, la belette et l’hermine.
La fouine (Martes foina), mammifère de 45 cm (corps) et 25 cm (queue), pesant jusqu’à 2 kg, se sent à l’aise à proximité de l’être humain. C’est elle que l’on rencontre fréquemment dans les zones habitées. Omnivore, elle y trouve tout ce qu’il lui faut pour survivre. Les déchets de nos repas sont des sources de nourriture facilement accessibles. Elle chasse des souris, des rats, des écureuils, des moineaux et des pigeons, leurs oeufs, ainsi que des fruits tombés au sol. Les fruits peuvent correspondre à 80% de leur alimentation, en automne.
 
La fouine, visite volontiers les fermes, mais aussi les villas ou les résidences secondaires. Elle s’installe alors dans les granges ou les greniers, faisant son nid dans le foin, la paille ou au besoin dans l’isolation (laine de verre ou minérale). Elle met bas, vers fin avril, une portée de 2 à 5 petits.
 
Habituellement, on ne la voit pas facilement. Elle se risque dehors seulement de nuit, parfois après avoir mené grand tapage durant des heures dans «son» grenier. Cette situation devient rapidement insupportable pour l’homme qui souhaite se reposer. La fouine revient généralement au logis vers 5 ou 6 heures du matin et dormira toute la journée.
 
On craint surtout le bruit et les salissures dues aux excréments et aux restes de ses repas. Habitant sous des combles, elle est susceptible de provoquer d’importants dégâts dans les matériaux isolants. Lorsque ses excréments sont déposés régulièrement au même endroit, les salissures peuvent parfois transpercer le plafond.
 
La fouine grimpe très bien et peut atteindre le toit par le crépi des parois, les descentes de chéneaux et les branches surplombantes. Pour savoir par où elle entre, il suffit parfois de suivre ses traces. Les empreintes de ses pattes souillées sur un mur ou les griffures sur l’écorce des arbres indiquent la route qu’elle suit.
 

Prévention contre les Fouines

Lutte contre les fouines

Le b.a.-ba de la prévention contre la fouine consiste donc à l’empêcher de monter sur le toit et/ou de pénétrer dans la maison.

Dans la plupart des cas, il suffit de l’empêcher de monter sur le toit. Il faut parfois envisager de doter les avant- toits, les descentes de chéneaux et les troncs d’arbres proches de manchettes infranchissables. L’élagage des arbres trop proches du bâtiment ou les plantes grimpantes est aussi nécessaire.

Lorsqu’il n’est pas possible de l’empêcher de monter sur le toit, il faut assainir la toiture.

Les «portes d’entrées» préférées de la fouine sont les tuiles lâches ou cassées, les planches de rive défectueuses et les zones de connexion entre les lucarnes et la toiture. Il est nécessaire d’obturer toutes les ouvertures de plus de 5 cm, ce qui peut parfois représenter un travail considérable.

Lorsque le grenier est déjà occupé, la fouine doit en être chassée avant d’entreprendre des mesures d’assainissement du bâtiment.

Attention! Il faudra renoncer à assainir le bâtiment pendant l’élevage des jeunes, entre avril et août, afin que les jeunes ne soient pas abandonnés par les parents et pour éviter le risque qu’ils soient murés vivants dans la maison!

 

Téléphone

021 646 01 58

E-MAil

info@richardpierresa.ch